[WEBINAIRE] Qualité de l’air intérieur & impacts sur la santé

Session 2 du cycle de webinaires consacré à la santé environnementale du jeune enfant et organisé par la Mutualité Française Pays de la Loire et l’Agence régionale de santé dans le cadre du PRSE3.

Animé par Gaëlle VIOLET de la Mutualité Française Pays de la Loire avec l’intervention de Karine PIERRE d’Air Pays de la Loire, ce webinaire a été suivi le 18 juin 2020 par des professionnels de la périnatalité et de la petite enfance.

Le sujet

L’air intérieur est de 2 à 6 fois plus pollué que l’air extérieur. Or nous passons en moyenne 80 % de notre temps dans des espaces clos et les enfants jusqu’à 90 %. En raison de leur développement physiologique et de leurs activités, les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution intérieure, de même que les femmes enceintes.

Quels sont les polluants intérieurs ? Quels sont les plus problématiques ? Quels impacts pour la santé du jeune enfant et de la femme enceinte ? Quels gestes adopter et conseiller pour les publics que vous accompagnez ?

C’est autour de ces questions et de Karine PIERRE d’Air Pays de la Loire que se sont réunis des professionnels de la périnatalité et de la petite enfance lors de cette deuxième session du Webinaire « Devenez relais de la santé environnementale du jeune enfant ».

Ce qu'il faut retenir

  • Le propre n’a pas d’odeurs : Les odeurs de propre (odeur de nettoyant, de parfum…) rassurent et réconfortent… mais ils sont bien au contraire le signe d’une pollution potentielle de l’air de la maison. Une maison saine avec une qualité de l’air optimale est une maison sans odeur ! Donc évitez au maximum les odeurs et parfums d’ambiance et faites un usage raisonné des produits d’entretien.

 

  • Veiller à la bonne ventilation du logement : Près d’une VMC sur deux n’est pas en état de bon fonctionnement. Or elle est essentielle pour un renouvellement continu de l’air et pour éviter les moisissures. Evitez de boucher les entrées et sorties d’air et entretenez-les régulièrement (4 fois par an dans l’idéal). Pour tester le fonctionnement de votre VMC : tenir une feuille de papier toilette entre ses mains sur la bouche d’extraction d’air de sa VMC, si la feuille est aspirée, c’est que la VMC fonctionne.

 

  • Aérer 2 fois par jour environ 10 minutes : Par tous temps et même si vous avez une VMC perfectionnée ou un bâtiment à très haute performance énergétique, il convient d’aérer son logement deux fois 10 minutes par jour, de préférence matin et soir. Pendant la période de pollinisation, si vous êtes allergique aux pollens, aérez aux heures les moins chaudes ; les pollens seront un peu moins en suspension dans l’air.

 

  • Etre vigilant sur le système de chauffage : Sauf s’ils sont électriques, les systèmes de chauffage mal entretenus peuvent émettre du monoxyde de carbone, un gaz inodore et incolore qui peut être responsable de maux de tête, d’évanouissement et dans les cas les plus graves, de décès. Faites entretenir régulièrement vos appareils de chauffage par un professionnel et évitez dans la mesure du possible d’utiliser des systèmes d’appoint fonctionnant au pétrole, butane ou propane.
    -> Les espaces Info énergies peuvent vous aider pour des conseils, bilans ou dans vos projets de rénovation énergétique.

 

  • Limiter les sources de pollution  : Plutôt que de rechercher des systèmes de dépollution, mieux vaut réduire à la source ce qui contribue à la pollution de l’air. Pour cela, limitez au maximum le nombre de produits qui vont rejeter des particules fines ou des composés organiques volatils (COV) dans l’air intérieur tels que le tabac, les encens, les spray parfumés (y compris naturels) ou les produits ménagers. Aujourd’hui, les systèmes de dépollution (spray aux huiles essentielles, peinture dépolluante, photocatalyse,…) n’ont pas fait la preuve de leur efficacité systématique et peuvent, pour certains d’entre eux, émettre des polluants secondaires.

 

  • Mesurer l’usage des huiles essentielles : Dotées de réelles propriétés thérapeutiques, les huiles essentielles doivent cependant être utilisées judicieusement et avec précaution (dosage, mode d’application, variété). Comme tout produit actif, elles peuvent avoir des contre-indications et des effets secondaires, notamment en terme d’allergie ou d’irritation. Ainsi de nombreuses huiles essentielles sont déconseillées voire contre indiquées chez les femmes enceintes, les jeunes enfants ou les personnes allergiques et asthmatiques. Si vous êtes dans cette situation ou en présence de ce public, il est conseillé au mieux de ne pas les utiliser ou de vous entourer de conseils avisés avant toute tentative d’utilisation.

 

  • Choisir des produits avec des écolabels  : Plusieurs labels dits « environnementaux » sont désormais apposés sur les produits d’entretien, les cosmétiques, les produits de bricolage. Ces écolabels permettent de choisir des produits ayant un moindre impact environnemental et contenant moins de composés problématiques pour la santé.
    -> Le détail des labels à retrouver sur le site de l’ADEME.
    -> Tour d’horizon des labels selon le type d’usage sur la rubrique « Les labels à connaître » de l’application Ma Maison Santé

 

  • Préparer la chambre de bébé : Là aussi optez pour des produits écolabellisés ET portant la mention A+ ou A (assurant d’une plus faible émission de composés organiques volatils COV). S’il la femme est enceinte, il est préférable qu’elle confie le pinceau à quelqu’un d’autre et évite les travaux pendant le premier trimestre de grossesse. Afin de permettre l’évacuation d’un maximum de polluants issus des produits de bricolage, les travaux sont à terminer au moins un mois avant l’arrivée de bébé, en aérant largement pendant et après les travaux. Quand ils sont en aggloméré ou en matière plastique, les meubles doivent être mis à « dégazer » en dehors de la chambre du bébé, au moins un mois avant l’arrivée de l’enfant. On les déballe et les met à aérer pour libérer les polluants volatils qu’ils contiennent dans une pièce peu fréquentée et/ou bien ventilée.

 

  • Connaître le potentiel radon de sa commune : Le radon est un gaz radioactif produit par les sous-sol granitiques. Sans odeur, il peut se propager sournoisement dans les logements. Le radon serait la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac. Les Pays de la Loire sont concernés par le risque radon.
    -> Pour plus d’infos et liens utiles sur le site de l’ARS
    -> Pour connaitre le potentiel radon de sa commune rendez-vous sur le site de l’IRSN

Replay et powerpoint

L'intervenante

Karine PIERRE est ingénieure, experte en qualité de l’air intérieur et responsable Partenariats & Innovation à Air Pays de la Loire.

Agréé par le Ministère de la transition écologique et solidaire, Air Pays de la Loire est chargé de la surveillance de la qualité de l’air de la région des Pays de la Loire, de l’information du public et des autorités, de l’évaluation des actions de lutte contre la pollution et de l’amélioration des connaissances. L’organisme participe également aux expérimentations innovantes sur les territoires.
En savoir + sur Air Pays de la Loire

Pour aller plus loin

DES RESSOURCES POUR TOUS

Préserver la qualité de l’air intérieur
Deux guides essentiels : Le Guide de la qualité de l’air intérieur de Santé Publique France et celui de l’ADEME Un air sain chez soi

Les huiles essentielles
L’ANSES appelle à une vigilance de leurs utilisations. Retrouver ses mises en garde sur l’usage des huiles essentielles

Repérer les sources de pollution
Un sérious game « Santé dans mon logement » pour repérer les sources de pollution dans le logement, obtenir des conseils et des ressources nationales ou régionales.

Les épurateur d’air intérieur
Leur efficacité reste encore à démontrer. Retrouver l’avis de l’Anses sur les épurateurs d’air

Monoxyde de carbone
Pour mieux comprendre d’où vient le monoxyde de carbone et appréhender ses dangers, Santé publique France propose brochure, affiche et vidéo

Chauffage au bois
Les conseils des guides édités par  l’ADEME pour un chauffage au bois efficace et peu polluant et pour bien choisir son type de chauffage au bois

DES RESSOURCES POUR LES FUTURS ET JEUNES PARENTS

Aider les parents à mettre en place un environnement sain pour leur bébé
Sur le site Agir pour bébé, toutes les pièces de la maison sont passées au crible, afin de guider les parents dans les transformations qui s’imposent.

Faire un bilan de ses pratiques pièce par pièce dans la maison
Faire le tour des pièces de la maison en effectuant un bilan de ses pratiques et bénéficier de conseils simples avec l’appli Ma Maison Ma Santé de la Mutualité Française Pays de la Loire.

DES RESSOURCES POUR LES PUBLICS ALLERGIQUES

Faire appel à un conseiller médical en environnement intérieur
Le conseiller médical en environnement intérieur (CMEI) est accessible sur prescription médicale pour réaliser un diagnostic et bénéficier de conseil.
-> Connaître le professionnel proche de chez vous
-> Découvrir en vidéo des conseils pratiques du CMEI dans la maison

Faire la chasse aux acariens
Découvrir des mesures préventives dans le flyer Allergies aux acariens du CHU de Nantes

DES RESSOURCES POUR LES PROFESSIONNELS DES CRECHES

Etudes sur la qualité de l’air dans les structures
Découvrir les résultats de l’étude sur la qualité de l’air intérieur dans les écoles et les crèches menée par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur

Les obligations de surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les crèches
Les textes réglementaires et des outils de mise en oeuvre sont disponibles sur le site du ministère des solidarités et de la santé

Mettre en oeuvre une démarche d’amélioration de la qualité de l’air intérieur
-> Conduire des démarches de changement favorables à un air sain avec le guide Recocrèche  et deux suppléments autour de la désinfection et l’hygiène des mains pendant le Covid et de l’entretien des jeux et jouets pendant le Covid

->Améliorer la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du publics avec les nombreuses ressources disponibles sur le site du PRSE3

Les 4 sessions du webinaire

Le webinaire « Devenez relais santé environnementale du jeune enfant » est proposé par la Mutualité Française Pays de la Loire et l’ARS Pays de la Loire dans le cadre du PRSE3. Il s’adresse aux professionnels de la périnatalité et de la petite enfance.

Son objectif :  proposer une culture commune sur les connaissances fondamentales en santé environnementale et apporter des conseils simples à transmettre aux publics accompagnés par les professionnels.

Gratuit, il se compose de 4 sessions :

Informations : Gaëlle VIOLET – Mutualité Française Pays de la Loire – 06 27 99 15 82 – gaelle.violet@mfpl.fr

Autres outils & documents